Qu’est-ce que le commerce électronique ?

La croissance du e-commerce dans le monde actuel

Le mot venant immédiatement à l’esprit lorsque l’on parle de e-commerce est croissance. En effet, l’ensemble des études récentes montrent qu’au cours des 14 dernières années, la croissance des entreprises de e-commerce est montée en flèche dans tous les domaines.

En somme, les projections de croissance estiment que d’ici 2022, les revenus du e-commerce dépasseront 638 milliards de dollars aux États-Unis seulement.

Globalement, les projections de croissance du e-commerce sont également sur une trajectoire ascendante, puisqu’elles montrent que les ventes au détail pourraient dépasser 4 058 000 milliards de dollars d’ici 2020.

D’autre données renforcent la tendance à la croissance du e-commerce :

  • il pourrait y avoir jusqu’à 2,14 milliards d’acheteurs numériques dans le monde d’ici 2021,
  • les ventes de vêtements, de chaussures et d’accessoires en commerce électronique aux États-Unis devraient dépasser 123 millions de dollars d’ici 2022,
  • les acheteurs dépensent en moyenne 36% de leur budget en ligne.

Mais ce qui est passionnant, c’est qu’il y a encore tant de possibilités sur le marché en ligne. En effet, certains études montrent que les ventes de e-commerce représentent actuellement en moyenne environ 9,1 % du total des ventes au détail. Cela signifie qu’il y a encore une infinité d’opportunités pour les marques de lancer un site de e-commerce et d’étendre leur portée.

Lorsque l’on tient compte de l’expansion des possibilités de vente en ligne par le biais de l’omni-canal de vente au détail (comme l’ajout de vitrines Amazon et eBay à votre approche de vente, par exemple), il est facile de voir que c’est maintenant le meilleur moment possible pour faire croître une entreprise de e-commerce.

La définition du e-commerce

Essentiellement, le e-commerce (ou commerce électronique) est l’achat et la vente de biens (ou de services) sur Internet.

Du shopping mobile au cryptage des paiements en ligne et au-delà, le e-commerce englobe une grande variété de données, de systèmes et d’outils pour les acheteurs et les vendeurs en ligne.

La plupart des entreprises ayant une présence en ligne utilisent un site et/ou une plateforme de e-commerce pour mener des activités de marketing et de vente en ligne et pour superviser la logistique et l’exécution.

Les différents types de e-commerce

1. B2C (Business-to-Consumer)

Le e-commerce B2C englobe les transactions effectuées entre une entreprise et un consommateur.

C’est l’un des modèles de vente les plus utilisés dans le contexte du commerce électronique. Lorsque vous achetez des chaussures chez un détaillant de chaussures en ligne, il s’agit d’une transaction d’entreprise à consommateur.

2. B2B (Business-to-Business)

Le commerce électronique inter-entreprises concerne les ventes effectuées entre des entreprises, comme un fabricant et un grossiste ou un détaillant.

Ce type de e-commerce n’est pas orienté vers le consommateur et n’existe qu’entre les entreprises.

Le plus souvent, les ventes inter-entreprises se concentrent sur les matières premières ou les produits qui sont reconditionnés ou combinés avant d’être vendus aux clients.

3. C2C (Consumer-to-Consumer)

L’une des premières formes de e-commerce est le modèle C2C qui se rapporte à la vente de produits ou de services entre, vous l’avez deviné : les clients.

Il s’agit notamment des relations de vente de consommateur à consommateur comme celles observées sur eBay ou Amazon, par exemple.

4. C2B (Consumer-to-Business)

Le modèle du C2B renverse le modèle traditionnel du commerce électronique (et c’est ce que l’on voit couramment dans les projets de crowdfunding).

Le C2B signifie que les consommateurs individuels mettent leurs produits ou services à la disposition des acheteurs commerciaux.

Un exemple de cela serait un modèle commercial comme iStockPhoto, dans lequel les photos d’archives sont disponibles en ligne pour achat directement auprès de différents photographes.

5. B2A (Business-to-Administration)

Ce modèle couvre les transactions effectuées entre les entreprises et les administrations en ligne. Un exemple serait les produits et services liés aux documents juridiques, à la sécurité sociale, etc.

6. C2A (Consumer-to-Administration)

Même idée ici, mais avec des consommateurs vendant des produits ou services en ligne à une administration. Le modèle C2A pourrait inclure des services de consultation en ligne pour l’éducation, la préparation de déclarations de revenus en ligne, etc.

Le B2A et le C2A se concentrent tous deux sur l’amélioration de l’efficacité au sein du gouvernement grâce au soutien des nouvelles technologies d’informations et de communication.